• STEPHANIE SERAN

Silence et solitude

Dernière mise à jour : août 15


Aujourd'hui, j'avais envie de vous partager cet article, qui offre d'importantes clefs pour accéder à une meilleure conscience de soi...


Bonne lecture à vous

" La recherche de soi se fait avec soi, dans le silence et la solitude.


La solitude est toujours un poids quand elle est forcée.


Mais elle peut être choisie librement. Elle devient alors l’occasion d’un temps de réflexion, d’écoute de soi.

La solitude fait souvent peur, parce qu’elle confronte.


En elle nous trouvons notre réalité.


Nous avons peur de ne pas savoir faire face, et puis qui n’a eu peur de ne rencontrer que du vide à l’intérieur ?

Comment ne pas se sentir vide lorsqu’on a abdiqué ses sentiments profonds au profit de la soumission aux normes parentales et sociales ?


Quand on ne peut plus faire confiance à son ressenti et qu’on ne peut donc plus construire de pensée autonome ?


La richesse intérieure ne peut s’exprimer que lorsqu’il y a vie intérieure.


Dès lors que l’on tue toute vie intérieure, il ne reste plus que du vide.


L’enfant (puis l’adulte) obligé de se conformer aux injonctions parentales doit nier sa réalité. Il est souvent amené à douter même de ses sensations.


À l’intérieur de lui il n’y a plus que vide… Et rage accumulée, souffrances inexprimées, peurs inavouables, hontes indicibles.

Dans la solitude, dans le silence, dans la méditation, ce que nous découvrons en premier lieu, ce sont nos « démons ».


Ces démons sont nos angoisses, nos peurs, nos colères refoulées, tout ce que nous dissimulons dans les ténèbres de notre inconscient.


Nous voudrions qu’ils se taisent, nous n’aimons pas les regarder en face.


Mais n’oublions pas que si nous ne les voyons ni ne les entendons ils n’en sont pas moins actifs. En les regardant, en les écoutant, ils ne nous hantent plus.


Ils nous permettent de traverser les eaux souvent noires (puisque refoulées) de la psyché, et donc, de découvrir nos richesses et d’accéder à notre être profond.


Écouter la voix de l’être intérieur oblige à constater le décalage qui existe si fréquemment entre la vie que nous menons et notre réalité intime.


Ce décalage que nous refusons de voir dans la vie courante et que parfois, la voix intérieure est obligée de dénoncer.


En le criant par la maladie, l’accident, l’échec, en nous occasionnant une souffrance telle qu’elle déchire le tissu épais de nos certitudes.


Faut-il vraiment se trouver immobilisés au lit, sortis de force du rôle social, pour se mettre enfin à l’écoute…


La voix intérieure se manifeste dans la solitude ou dans l’épreuve.

Ne courez pas le risque de vous rendre compte un peu tard que vous êtes passés à côté de votre vie.

Réservez-vous des plages de solitude.


Et ne les meublez pas systématiquement de musique ou de lecture.


Il y a un temps pour faire des choses pour soi et un temps pour simplement ÊTRE AVEC SOI.


Faire silence est nécessaire pour entendre l’intérieur de soi.

Si vous vous sentez mal à l’aise seul, plutôt que pousser le bouton de votre téléviseur, allumez donc une bougie. Sa flamme vous aidera à sentir la Vie en vous.


Vous ne supportez pas de passer votre repas en solitaire ?


Allumez une autre bougie pour vous tenir compagnie.

Silence et solitude sont nécessaires pour devenir vraiment soi, pour se sentir exister non pas seulement en tant que membre d’un groupe mais en tant qu’individu.


Chacun a besoin d’espace pour prendre de la distance avec le quotidien, réfléchir à qui il est, méditer sur le sens de sa vie, accéder à davantage de conscience".


Isabelle Filliozat, Utiliser le stress pour réussir sa vie


Posts récents

Voir tout